Collectif national de résistance à Base élèves…

contre tous les fichiers scolaires

Rassemblement de soutien à Anne-Marie Pons

Posted by retraitbaseeleves sur 19 mars 2009

annemariepons3

Journée autour de et avec Anne-Marie Pons, une belle journée de soleil à Toulouse….
Derrière les grilles de l’Inspection académique, la police… et devant , près de 80 personnes venues soutenir Anne-Marie Pons, dont trois délégations CNRBE (Tarn, Ariège et Aveyron). Le maire de la commune de Lourde était présent.

Une délégation syndicale a accompagné la directrice chez l’IA…. Josef Ulla devait représenter le CNRBE, mais a été refoulé par le Secrétaire Général (les 82 mels des directeurs signataires de l’Appel y sont peut-être pour quelque chose). Mais une petite satisfaction quand même : la CNT a été acceptée.
Pendant que la délégation et Anne Marie étaient reçus à l’IA, en bas, prises de paroles d’Alain Refalo, de Jean-Claude pour le Cnrbe, et d’autres….
Les médias assuraient (télé et presse écrite).

Première partie de l’entretien où seuls les syndicats élus ont été acceptés (SNUipp et SUD) pour la partie « fonctionnaire » de l’affaire : A-M Pons s’est vue accorder magnanimement 15 jours pour obtempérer. Et après ? Non, il n’y aura pas de sanction, mais quelque chose comme un retrait de salaire (qui n’est pas une sanction !). La directrice a signalé que pour sa part, dans 15 jours, elle serait dans les mêmes dispositions qu’aujourd’hui.annemariepons

Deuxième partie avec la CGT Educ’action et la CNT. Débat sur Base élèves. Ils (adjoint IA et secrétaire général) reconnaissent que la clé OTP est une usine à gaz. L’argument qui déstabilise le plus, c’est celui de Christophe Brunault : si base élèves existait dans l’ensemble des écoles et qu’on crée des INE pour des enfants ayant dépassé un certain âge, c’est qu’il s’agit de nouveaux entrants sur le territoire parmi lesquels il serait plus facile de détecter les sans-papiers. L’IA adjoint croit encore que pour venir chercher des enfants de sans-papiers dans les écoles, les forces de l’ordre produisent immanquablement une commission rogatoire : il faudrait qu’ils descendent un peu dans la vraie vie ces gens-là ! Ou bien qu’ils arrêtent de regarder le JT de TF1 !

La discussion contenait des injonctions mais pas de pression particulière. La délégation syndicale importante et les bruits du rassemblement des personnes venues en soutien dans la rue devaient y être pour quelque chose. Mais aussi l’attitude déterminée affichée par Anne-Marie Pons tout au long de l’entretien. Leur pouvoir n’est que dans notre tête : si nous avons la conviction que ce que nous faisons est juste, nous y perdrons peut-être des journées de salaire mais nous faisons avancer le débat pour l’école, pour la démocratie et pour les libertés.

Il en ressort que l’Education Nationale ne sait pas quoi faire de ces directeurs qui refusent base élèves…. Entre l’Isère qui propose des sanctions avec délais de mise à exécution, l’Aveyron qui raconte n’importe quoi et la Haute Gartonne qui laisse 15 jours de réflexions à Anne-Marie et qui , passé ce délai, ne sait pas comment sévir…

annemariepons2

Publicités

Sorry, the comment form is closed at this time.

 
%d blogueurs aiment cette page :