Collectif national de résistance à Base élèves…

contre tous les fichiers scolaires

Lot

ecolier-betailCollectif anti-Base élèves du Lot (CABE 46)
Contact : cabe.lot46@hotmail.fr





Dernières infos

Novembre 2011

Le Conseil Régional Midi Pyrénées demande l’arrêt du fichage dans l’Education Nationale

Le 24 novembre, le Conseil Régional Midi Pyrénées a adopté un voeu demandant le retrait de tous les outils de fichage numérique dans l’Education Nationale.

Conseil Régional Midi Pyrénées

Assemblée plénière du jeudi 24 novembre 2011

Vœu déposé par les groupes PSR, PRG, Front de Gauche, EELV

Les enfants ne sont pas une menace

« Repérage des élèves présentant des risques pour l’apprentissage », ce sont les termes choisis et employés dans des textes internes par le ministère de l’Education Nationale, début octobre, pour décrire le futur outil dit pédagogique mis à disposition des professeur(e)s des écoles.

Des termes qui font fâcheusement écho à la tentative du gouvernement Sarkozy, il y a 5 ans déjà, d’imposer un « carnet de comportement » à la maternelle pour classifier des 3 ans des enfants dans la catégorie délinquant.

Ce projet du gouvernement de droite consiste à imposer un dépistage faussement scientifique des enfants de 5 ans sur la base de grilles d’évaluation comportementales et un classement des élèves en les étiquetant « à risque » ou à « haut risque ».

Associations de parents, syndicats, enseignants, élus se sont employés pour dénoncer ce fichage des élèves qui plus est d’enfants de 5 ans et ont obtenu des modifications sémantiques et terminologiques du projet et un caractère non obligatoire de cet outil.

Pour autant, si la forme change, l’esprit demeure et régulièrement des procédés de fichage sont mis en place dans l’Education Nationale.

Classer les élèves dans des catégories dès le plus jeunes âge, les stigmatiser, les soumettre à la loi de l’arbitraire, c’est dangereux et foncièrement inefficace pour lutter contre l’échec scolaire.

C’est également révélateur d’un comportement édifiant d’un gouvernement qui semble ne plus considérer l’ensemble des enfants et des jeunes comme une richesse fondamentale pour toute la société.

En conséquence, la Région Midi-Pyrénées réunie ce jour en assemblée plénière :

demande le retrait de tous les outils de fichage numérique notamment dans l’Education Nationale, et rappelle que la lutte contre la difficulté scolaire ne passe pas par le fichage mais par un grand service public d’éducation avec des enseignants bien formés, un encadrement par un personnel suffisamment nombreux, la présence de RASED et la mise en place d’un suivi réellement individualisé des élèves.


Décembre 2010

Interview de Mireille Charpy

Article publié dans la Dépêche le 9 décembre

Mireille Charpy est une des deux requérants au Conseil d’État pour le dossier Base élèves. Elle animait une conférence, mardi soir, à l’IUT de Figeac.

Où en est le dossier ?

Le Conseil d’État a reconnu de nombreuses illégalités. Il a demandé notamment la destruction de certaines données inscrites dans la base nationale et la réduction de la durée de conservation des données. Il a jugé illégales les mises en relation de fichiers avec Base élèves, a reconnu le droit d’opposition des parents pour des motifs légitimes.

Vous vous intéressez aussi au livret des écoles et des collèges ?

Une base numérique de données personnelles – les compétences – qui concerne les enfants et adultes, voit le jour. Ces renseignements sont stockés sur des disques durs appartenant à l’État et aux sociétés privées qui mettent en place les environnements numériques de travail.

Pouvez-vous nous dire ce qui vous fait peur ?

C’est l’introduction des renseignements personnels dans ces nouveaux dispositifs, leur banalisation, l’extraordinaire marché des données personnelles qui les entoure et les possibilités de contrôle offertes par les traitements de données. Ces choix d’usage technologique sont pris sans débat, sans études d’impact. La commission nationale de l’informatique et des libertés ne joue plus un rôle de protection des citoyens.

N’est-ce pas un combat rétrograde ?

Vivre avec son temps, c’est s’intéresser à l’usage des nouvelles technologies, faire en sorte qu’elles soient au service de l’homme et qu’elles ne conduisent pas à un profond recul des libertés. En créant des fichiers informatiques administratifs centralisés qui comportent des renseignements personnels, on joue à l’apprenti sorcier.


Novembre 2010

Rencontre débat à l’IUT de Figeac : le numérique à l’école

La vague numérique à l’école

(cartable numérique, livret électronique de compétences…)



Est-ce si anodin ?


Projection du film Le Cartable de Big Brother,

suivi d’un débat avec Mireille Charpy

Le mardi 7 décembre à 20h30

Amphithéâtre de l’IUT de Figeac (Nayrac)


La soirée est proposée par le Collectif lotois de résistance à Base élèves et la FCPE de Figeac. Elle sera introduite par la diffusion du film documentaire Le cartable de Big Brother, de Francis Gillery.

Invitée : Mireille Charpy, Ligue des droits de l’Homme, fédération de l’Isère.

Ancienne directrice d’une école du Vercors, Mireille Charpy s’est opposée à la mise en place de la Base élèves. Elle est un des deux requérants au Conseil d’Etat qui ont permis de révéler au grand public les irrégularités manifestes de la mise en place de la Base élèves. C’est aussi cette requête qui a dévoilé l’existence d’une Base nationale des identifiants élèves (la BNIE).

C’est peu dire que Mireille Charpy connaît parfaitement ce dossier, mais elle s’est également intéressée à ce que nous appelons ici « la vague numérique à l’école ». Toute une série de programmes sous le terme d’ENT (environnement numérique de travail) se met en place, au prétexte d’une meilleure transparence dans les relations entre l’école et les familles. Cette « numérisation massive » se fait souvent au mépris des règles démocratiques les plus essentielles (absence de déclaration à la CNIL, illégalité des procédures…) et sans aucune concertation réelle avec la société civile (associations de parents d’élèves, associations de défense des droits fondamentaux…).

Il est étonnant de voir avec quelle candeur le monde politique et associatif accueille, et parfois même dans l’enthousiasme, la mise en place des cartables électroniques ou du livret personnel de compétences. La numérisation de ces outils devrait pourtant alerter quant au devenir des informations qu’ils recueillent. Toute une série de bases de données personnelles vont se promener comme ça dans la nature sans que grand monde s’en étonne ou s’en offusque.

L’objet de cette soirée est d’informer sur la réalité de cette « déferlante numérique »
– expliquer d’où ça vient ; les politiques européennes en la matière ;
– comment ça marche ;
– où ça peut aller… jusqu’au lien avec les collectivités locales et le monde du travail ;
– comment on peut s’y opposer…


Octobre 2010

Réunion du collectif du Lot le lundi 11 octobre à 20h30 à Assier

L’objet principal de la réunion était de faire le point sur les courriers d’opposition des parents et de voir comment réagir à la réponse négative de l’IA.

Voici les quelques pistes évoquées suite aux fins de non recevoir aux lettres d’opposition d’une dizaine de parents sur le département :
– alerter localement syndicats et associations pour envisager une réponse ensemble.
– envisager de poursuivre au tribunal administratif.
– envisager la démarche des parents concernés à l’IA pour mise en demeure de l’Inspecteur d’Académie.
– organiser une réunion d’information et de réflexion sur la question générale des environnements numériques à l’école.

→ Lire l’article publié sur le site Le Lot en Action.


Rassemblement Figeac  Peinture

Mai 2010

JOURNEE D’ACTION NATIONALE CONTRE LE FICHAGE DES ENFANTS
INAUGURATION DE LA PLACE DES DROITS DE L’ENFANT À FIGEAC

Le 19 mai à l’initiative du Collectif Anti Base élèves du Lot, le square de la passerelle à Figeac a été officiellement renommé place des droits de l’enfant, en présence de Mme la Maire Nicole Paulo, d’un attaché parlementaire et de nombreux journalistes.

Cette action s’est déroulée en même temps que les dépôts de plaintes contre Base élèves qui ont eu lieu dans 17 départements pour marquer l’importance de préserver les enfants des dérives attentatoires aux libertés individuelles et aux droits de l’Enfant.

Au bord du Célé, une trentaine de personnes se sont réunies dans une ambiance chaleureuse, festive et militante : musique, prises de paroles, lectures de textes et de poésies sur les droits des enfants, atelier peinture, tracts, banderoles, cartes postales, goûter et jus de pomme de l’amitié en levant le verre à … la liberté de nos loustics !

Rassemblement FigeacRassemblement Figeac banderole cnrbe

LA DÉPÊCHE Un square dédié aux droits de l’enfant

Hier, le square de la passerelle à été rebaptisé «place des droits de l'enfant». Photo M.A.

Hier, le square de la passerelle à été rebaptisé «place des droits de l'enfant». Photo M.A.

Hier après-midi, parents d’élèves et enseignants du Collectif National de Résistance à Base Élève, se sont rassemblés au square de la passerelle qu’ils ont renommé avec l’accord de Nicole Paulo, maire de Figeac, « place des Droits de l’enfant ».

Fichier « Base élèves »

Le collectif lotois participe ainsi à la Journée d’action nationale contre le fichage des enfants «Base Eleves» à l’école.

Le collectif rappelle « que les parents n’ont pas le droit d’opposition » et que « l’ONU a épinglé la France sur les objectifs de ce fichier et les dangers pour les enfants et qu’il préconise l’anonymat en attendant un cadre et des objectifs bien précis ».

Un fichier informatique

Base élèves est une application d’aide à l’inscription des élèves et à la gestion pour les directeurs d’école et les mairies de France. Ce fichier est utilisé depuis 2007 dans 80 départements français et est en cours de généralisation sur tout le territoire.

Sa mise en place s’accompagne de contestations médiatisées de parents d’élèves et d’enseignants qui craignent un fichage des enfants et des familles. Ce mouvement a conduit à l’été 2008 le ministre de l’éducation nationale Xavier Darcos à prendre la décision de retirer les informations à polémique comme la nationalité, l’année d’arrivée en France, l’enseignement de la langue et la culture d’origine.

Confidentialité

« C’est pernicieux. ce fichier informatique avec des données personnelles sur les enfants est théoriquement confidentiel. Mais rien ne nous prouve que les données ne peuvent pas être échangées avec d’autres services de l’État. Les parents n’ont pas le droit de s’opposer à la transmission des renseignements lors de l’inscription de l’enfant. Les enseignants sont sommés de transmettre les renseignements et ceux qui s’y opposent encourent des sanctions », déclare un des membres du collectif.

Hier, les membres des collectifs lotois et aveyronnais ont symboliquement rebaptisé le square « Place des droits de l’enfant ».

Marianne Angelitti, le 20/05/2010

APPEL À RASSEMBLEMENT

Le 19 mai, dans une quinzaine de départements des parents portent plaintes contre Base élèves, le collectif lotois s’associe à cette journée nationale contre le fichage des enfants avec l’inauguration officielle de la Place des droits de l’enfant.

Suite à la demande du collectif lotois contre Base élèves lors de la journée du 27 mars à Figeac, la Mairie de Figeac accorde au collectif, un lieu pour LA PLACE DES DROITS DE l’ENFANT ; POUR REMETTRE CE DRAPEAU A L’ORDRE DU JOUR.

Ces droits étant largement bafoués aujourd’hui il est nécessaire de redonner une place aux symboles qui fondent notre démocratie et rappeler ces droits qui sont les bases de notre pays des droits de l’homme.

LE COLLECTIF VOUS INVITE A REJOINDRE L’ACTION DU MERCREDI 19 MAI de 14h à 17h A FIGEAC :
SQUARE-PASSAGE DE LA PASSERELLLE / PLACE DES DROITS DE L’ENFANT.

L’inauguration aura lieu de 14h à 17h en musique, soutenus par des parents, enseignants, citoyens , élus, collectifs, associations, grands-parents, et nous attendons déjà des soutiens de l’Aveyron, du Cantal, et du Lot et Garonne.
Au programme : musique, prises de paroles, lectures de textes et poésies sur les droits des enfants, ateliers peinture enfants, gouter partagé, …

Le Collectif Lotois contre Base élèves.


Mars 2010

LA PLACE DES DROITS DE L’ENFANT

Le samedi 27 Mars à Figeac, lors du rassemblement initié par le No Sarkozy Day et de la journée nationale d’action contre le fichage des enfants, la place Vival est devenue « LA PLACE DES DROITS DE L’ ENFANT », pour ne pas oublier qu’aujourd’ hui en France ces droits sont bafoués, et que les drapeaux de nos Libertés se doivent d’être hissés, car tout espace perdu sera à reconquérir !

Le collectif lotois contre Base élèves, accompagné d’une centaine de militants de tous horizons, a inauguré cette place en présence d’élus de la Mairie de Figeac. Un représentant de la Mairie a publiquement déclaré qu’il demanderait à la Mairie d’officialiser l’inauguration de cette place, cela pouvant être justifié par la présence de la crèche et de l’école. Le collectif se tiendra informé de l’officialisation de ce nom et veillera à l’application de cette annonce.

D’autre part le rassemblement avec le No Sarkozy Day a permis la rencontre de nombreux militants et de nouveaux parents souhaitant porter plainte et d’informer de l’existence et des dangers de Base élèves, la preuve, s’il en faut, que la remobilisation n’est jamais vaine !

Journée nationale d’action contre le fichage des enfants le 27 mars
Inauguration de la place des droits de l’enfant à Figeac

Le CNRBE appelle à participer le samedi 27 mars 2010 à une journée nationale d’action et d’information concernant Base Elèves et le fichage des enfants. Il invite parents, enseignants, citoyens, collectifs locaux, syndicats, associations à s’emparer de cette journée afin d’organiser toutes sortes d’actions, de manifestations, de débats, de soirées de soutien.

Lors de cette journée nationale, le Collectif anti-Base élèves du Lot participera à un rassemblement initié par le No Sarkozy Day. A cette occasion, le collectif procédera à l’inauguration de « LA PLACE DES DROITS DE L’ ENFANT » à Figeac, accompagnée par la lecture de textes évoquant ces droits et la lutte contre le fichage des enfants.

Dès à présent, nous vous invitons :
– à diffuser le dernier tract du CNRBE Nos enfants sont fichés dès 3 ans et pour 35 ans.
– à interpeller les directeurs, directrices, maîtres et maîtresses dans vos écoles au sujet de l’appel lancé par le CNRBE le 16 février dernier.

Si vous souhaitez participer à cette action, n’hésitez pas à contacter le collectif.


Novembre 2009

Anniversaire de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant

Le Collectif National de Résistance à Base Elèves appelle à s’emparer du 20e anniversaire de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant pour faire valoir les valeurs fondamentales et universelles de cette Déclaration à l’heure où ce gouvernement veut faire prévaloir la répression sur l’éducation.

→ Lire le communiqué L’Etat Français désobéit à la Convention des droits de l’enfant. Les opposants à Base élèves la respectent (17/11/09).
→ Voir ci-contre un article paru dans le bi-mensuel «Lot en Action» à propos du fichier Base élèves et du 20ème anniversaire de la CIDE (Convention des droits de l’enfant).


Juillet 2009

Dépôt de plaintes au TGI de Cahors

Le mercredi 1er juillet, 50 plaintes ont été déposées dans le Lot  !
Un beau rassemblement au tribunal de Cahors, où notre avocate et un délégué parent, avec les dossiers, ont été reçus par le Procureur.
Une cinquantaine de personnes: des militants, parents, directeurs et enseignants, la CNT, le SNUipp , le parti de gauche, l’association de la gare de Gourdon, ATTAC, un membre du NPA, des élus et la presse : FR3, la Depêche, radio…

– Les plaintes vont être étudiées, TOUS LES PARENTS PLAIGNANTS SERONT convoqués et entendus par la gendarmerie de leur secteur;
– Tous ces documents remonteront ensuite à Paris pour se joindre au dossier commun, et éviter les réponses disparates.

Le soleil était au RDV, et déjà d’autres parents semblent vouloir porter aussi plainte. Soulignons la formidable motivation de notre avocate, qui a ensuite accepté l’interview et le direct radio à Antenne d’Oc ! Heureusement qu’il y a des avocats militants , merci à eux !!

Voir le reportage de France 3 sur cette action dans notre page vidéos.


Janvier 2009 – Base élèves à Livernon

Journée contre Base élèves à Livernon : Les hors-la-loi hissent leurs drapeaux !

liv5livernon3

Il y avait beaucoup de monde ce mercredi 14 janvier à Livernon pour dire NON À BASE ÉLÈVES, et ça a été une belle réussite : des parents de Livernon, des enfants, les collectifs du Tarn, du Tarn et Garonne et de l’Aveyron très nombreux, des élus : conseiller mandaté par le maire de Durbans, M. Delrieu, maire de Grèzes, M. Cayrel, maire de Théminettes, M. Despeyroux, conseiller général, la FCPE de Figeac, la LDH Martel-Souillac, l’association de défense de la gare d’Assier, des instituteurs, des directeurs, différents collectifs de militants.

15 brebis et leur berger ouvraient la marche, une banderole des parents, des enfants avec des petits moutons en cartons, des affiches: « Nos enfants ne sont pas des moutons », « Non au fichage ». Un musicien nous donnait l’ambiance ! Des prises de parole, des photos, des interviews, des échanges, l’auberge espagnole.

Deux places à Livernon ont été inaugurées: « Place de la démocratie » à la halle du village et « Place des droits de l’enfant » devant l’école.
Nous y avons accroché les noms, pour redonner du sens à ces termes, les remettre au goût du jour comme des vieux drapeaux rabougris. L’inspectrice de circonscription, qui est venue nous voir dans le bureau pendant l’occupation, nous a dit que nous étions « hors la loi » : les hors la loi hissent leurs drapeaux!
FR3, La Depêche, La semaine du Lot, la radio étaient présents.

Nous, parents de l’école de Livernon, réflechissons déjà à d’autres actions. Nous restons mobilisés, nous gardons les banderoles sur l’école.
Un grand merci à tous. Ici, les vieux en reparlent, ils n’ont jamais vu ça !

Voir le reportage de FR3 locale (mercredi 14 janvier) et l’article de la Dépêche.

Le cortège a stoppé à la Halle, pour rebaptiser la place.

Le cortège a stoppé à la Halle, pour rebaptiser la place.

Lundi 12 janvier, la directrice était convoquée par l’inspecteur d’académie à Cahors, d’où le fichage a été effectué !!

Face à cela, et sous la menace d’envoi des gendarmes (hier déjà un gendarme est venu au rapport), pour ne pas prendre le risque de donner ce triste spectacle à la vue des enfants, nous levons notre siège, mais continuons la résistance sous d’autres formes…
Cet acte est de la pure provocation ! Nous sommes d’abord écoeurés, certains ont envie de pleurer, mais, nous prenons le temps de réfléchir.

L’IA N’A PAS GAGNÉ LA BATAILLE !

Communiqué du CNRBE du 10 janvier 2009

A Livernon, dans le Lot, des parents d’élèves occupent le bureau de la directrice de leur école pour que leurs enfants ne soient pas fichés  dans  Base Elèves. Ils refusent ce qui est l’amorce d’un fichage général de la jeunesse. Tout fichier de ce type porte une menace pour nos libertés individuelles.

Base élèves n’a pu se mettre en place que dans un climat d’intimidation, directeurs et directrices étant sommés d’obéir (retraits de salaire,menaces de retrait d’emploi de direction). Cependant ,devant l’absence d’informations claires et fiables sur sa finalité, son fonctionnement, ses possibilités de croisement avec d’autres fichiers (police, justice, CAF, Mairie, Pôles Emploi…),  des directeurs continuent, un peu partout en France, à refuser  d’effectuer la saisie des données de leurs élèves.

Quatre ans après le début de sa mise en place, le premier acte réglementaire  concernant Base élèves a été publié le 20 octobre 2008. Mais cet arrêté ne répond pas à l’inquiétude qui se développe dans les écoles et dans les familles ; en particulier, il ne comporte aucune précision sur un autre fichier centralisé établi pour 35 ans et qui sera alimenté par Base élèves : la Base Nationale des identifiants élèves. L’arrêté vient d’ailleurs de faire l’objet d’un recours en Conseil d’Etat.

Le Collectif National de Résistance à Base Elèves (CNRBE) s’engage aux côtés des familles de Livernon et s’associe à leurs demandes, en particulier, qu’aucune donnée nominative ne doit sortir de l’école.

VENDREDI 9 JANVIER : DEUXIÈME JOURNÉE D’OCCUPATION DE L’ÉCOLE DE LIVERNON

8H30/18H :
Occupation administrative, roulement des parents. Discussions devant les grilles de l’école.
Le matin il fait -10° dehors, l’appel lancé au soutien extérieur devrait amener du monde.
Une bonne ambiance s’est installée. Partage de cafés et gâteau maison.
Ici, chaque parent qui se sent concerné passe une heure dans le bureau à occuper, et cela amène du monde.
Il serait bon de se tenir informés entre parents d’autres écoles :
Assier, Livernon, Cambes, Reyrevignes, Beduer, Figeac…
Se POSITIONNER CONTRE BASE-ÉLÈVE, pour le transmettre par voix de presse !
Même pour les fichages effectués, contre L’AVIS DES PARENTS!

TOUS LES SOUTIENS SONT ESSENTIELS :
Nous avons reçu le soutien chaleureux de la ligue des droits de l’homme Martel.
Nous avons reçu le soutien de la fcpe Figeac.
Nous avons le soutien de maires de : Livernon, Grèzes…
Qui d’autre ?

NOUS APPELONS :
– TOUS LES PARENTS D’ÉLÈVES À AGIR DANS LEURS ÉCOLES.
Nous pensons qu’il faut continuer. Nous avons la presse avec nous.
C’EST LE MOMENT OU JAMAIS.
– Signer des pétitions, accrocher des banderolles, faire des réunions, aller voir les maires des communes…
– Mener une journée d’occupation administrative ensemble chacun dans son école : mardi ou jeudi de la semaine prochaine. Est-ce qu’il y a des parents intéressés ? À livernon, nous avons commencé à 3 familles. Puis, après une réunion, nous étions 11 familles.
– Tous les parents, citoyens, élus , collectifs, associations, etc… à prendre clairement position et à venir lundi 12 janvier 20h30 – réunion avec des parents, des maires, des élus, conseiller général, nous avons officiellement demandé à M. Launay, notre député, de venir ou d’envoyer un représentant.

Les parents de Livernon.

Jeudi 8 janvier 2009 : 1er jour d’occupation administrative de l’école de Livernon

Tout au long de la journée : roulement de parents pour occuper le bureau de la directrice :

8h15 : occupation du bureau de la directrice par 2 parents d’élèves. La directrice informe sa hiérarchie de l’occupation.
8h30 – 10h00 : Regroupement d’une trentaine de personnes : parents de Livernon et d’ailleurs, associations, élus, collectif lotois pour le retrait de Base élèves et soutien d’autres collectifs (Sud Finistère, Aveyron, National). Interview par FR3 (actualités locales maintenant à 18h38), la Dépêche.
Rencontre de M. Coldefy, Maire de Livernon, dans son bureau : devant la caméra il a réaffirmé son soutien à cette action, et a rappelé qu’il ne ferait pas intervenir les gendarmes, ni ne porterait plainte.
Le tract d’information de cette action a ensuite été remis en mains propres à M. Ravaud, président de la Communauté de communes de Causses et Vallée.
13h30 à 15h00 : Présence en continu devant les grilles de l’école de quelques parents et FCPE Figeac, afin de faire nombre en cas d’arrivée d’un représentant de l’Inspecteur d’Académie.
Pause café pour se réchauffer.
15h08-15h45 : Arrivée à l’improviste de Mme Bechti, inspectrice de la circonscription Figeac, qui vient prendre connaissance de nos revendications et tenter de déstabiliser les occupants avec les arguments suivants :
– relecture des cases à remplir
– réaffirmer le côté anodin de Base élèves
– et passer en revue chaque point de notre tract
Elle a tenté une intimidation en rappelant que le fichier émanait dorénavant d’un décret et que donc les occupants étaient hors la loi, et risquaient la prison.
Nous lui avons confirmé notre détermination, nos contacts avec le syndicat de la Magistrature, et avec le Collectif National de Résistance à Base élèves.

Il est crucial, pour le bon déroulement de l’action, de continuer à avoir un minimum de personnes présentes tout au long de la journée devant les grilles de l’école : bienvenue à tous les motivés (pensez à vos thermos !). Nous incitons les parents d’élèves d’autres écoles à mener des actions : les médias sont avec nous.

Des parents d’élèves de l’école de Livernon et communes associées

Lire l’article de la Dépêche.

Occupation Livernon

Ils étaient une quinzaine présents dès 8h30 et envisagent de se relayer pour occuper en permanence les bureaux de l'école.

APPEL DES PARENTS DE LIVERNON

Pour refuser et empêcher le fichage de nos enfants dans base élèves, nous avons décidé de l’occupation administrative de l’école publique, laïque et républicaine de nos enfants dès Jeudi 8 janvier à 8h30 et ces Vendredi, Lundi, Mardi, Mercredi …

NOUS APPELONS TOUT PARENT, ÉLU, GRAND-PARENT, INSTITUTEUR, DIRECTEUR, COLLECTIF, CITOYEN-CITOYENNE ETC… QUI LE SOUHAITE, À SE JOINDRE À NOUS :

– JEUDI 8 JANVIER À 8H30 devant l’école de LIVERNON GRAND RASSEMBLEMENT MÉDIATIQUE (presse et télé…)
– LUNDI 12 À 20h30 à LIVERNON pour une réunion ouverte avec les parents, élus, citoyens, instituteurs, directeurs
– MERCREDI 14 POUR UN AUTRE RASSEMBLEMNT ENCORE PLUS LARGE AVEC D’AUTRES COLLECTIFS

Petit historique pour ceux que ça intéresse :
À Livernon dans le Lot, petit village de 600 habitants, nous avons LA CHANCE d’emmener nos enfants dans une école où la directrice a longuement et courageusement tenu contre le fichage sur base-élèves.
Retenues de salaire, convocations s’en sont suivies…
Aujourd’hui, pour bien commencer l’année, elle est sommée d’obéir !
Nous parents, avons nominativement remis un courrier officiel, pour demander la non-inscription de nos enfants sur ce fichage.
Réponse de l’Inspecteur de Cahors : Vu l’arrêté, votre courier ne vaut RIEN !!

Elle est pas belle la liberté en 2009 ??!

Place de la démocratie


Novembre 2008

Soirée festive organisée par le Collectif du Lot : Base Elèves…Rien n’est réglé…

La soirée s'est achevée en chansons.

La soirée s'est achevée en chansons.

Le Collectif du Lot (des parents, des enseignants, des citoyens et des élus) continue la résistance contre le fichier central mis en place dans les écoles primaires. Le ministère de l’Education Nationale a reculé en enlevant certaines applications mais le cœur du dispositif est toujours en place, à savoir l’immatriculation des élèves à partir de deux ans. Base élèves s’inscrit dans un projet plus vaste : la Base Nationale des Identifiants Elèves (BNIE) qui s’annonce comme un véritable répertoire national de la maternelle à l’université, un danger pour nos enfants et nos libertés.

Le vendredi 21 novembre
Salle culturelle d’Assier

Programme :

19 h : présentation du collectif – état des lieux – débat.
19h45 : apéritif offert et pique-nique (à apporter).
21 h : soirée conviviale, musiques, lectures, chansons, contes…
Avec la fanfare Yapluka, Olivier Bayle, Léa Garcia, Nicolas Lageyre, Frédéric Collin, Ida Canet, Edouard Schalschli, Jean Pauly, Christèle Marin, Laurent Grimaux, Xavier Vidal, le groupe Why not…

Voir l’article de la Dépêche sur cette soirée.


Octobre 2008

Compte-rendu du rendez-vous avec M. Vial le 23 octobre (avant la publication de l’arrêté !)

Le collectif Lotois a été reçu par M. Vial, secrétaire général de l’Inspection Académique du Lot, chargé en tant qu’administratif de mettre en œuvre la politique de l’Inspecteur.

Voici le compte-rendu de cette rencontre.


Septembre 2008

Rassemblement du collectif Lotois

Des élus, des représentants syndicaux, des enseignants, des parents d’élèves, en tout une cinquantaine de personnes du collectif lotois contre le fichier base-élèves se sont rassemblés le 24 septembre devant l’école primaire de Lacapelle-Marival pour empêcher la tenue d’une séance de formation.

Lire l’article de la Dépêche.

________________________

Objection de conscience

Un directeur d’école du Lot explique son refus de renseigner Base élèves, et souligne que ce n’est pas tant la nature des informations actuellement renseignées dans la base qui pose problème, mais bien la création des fichiers munis de numéros identifiant, qui peuvent évoluer de manière incontrôlée dans le futur. Et malheureusement, la nature des informations que l’administration a voulu enregistrer jusqu’à présent (nationalité, difficultés scolaires, etc…), couplées au rapport Bénisti qui incite à repérer les comportements déviants dès la jeune enfance, ne poussent pas à l’optimisme…

Article à lire sur le site de la LDH Toulon.

___________________________________

Création du collectif du pays de Figeac

Le vendredi 12 septembre à Livernon, des parents d’élèves ont convié dans l’ancienne mairie citoyens, élus et associations afin de créer un collectif contre Base élèves sur tout le pays de Figeac.

Lire l’article de la Dépêche sur le collectif.


Mai 2008

Formation de directeurs à Cahors

Mercredi 28 mai à Cahors, une cinquantaine de parents et de militants ont perturbé la tenue d’un stage de formation des directeurs d’école sur base élève, provoquant la colère de l’inspecteur d’académie. A dix heures les parents d’élèves se sont emparés des directeurs d’école et les ont mis dehors. Fin du stage.

Lire l’article de la Dépêche.

ecolier-betail

Publicités
 
%d blogueurs aiment cette page :