Collectif national de résistance à Base élèves

Contre le fichage à l'école

Nord

Dernières infos

Septembre 2012

Question écrite de Michel Lefait adressée à Vincent Peillon

Suite au courrier envoyé le 24 juin par le CNRBE à plusieurs députés qui étaient auparavant intervenus au sujet de la mise en place par l’Education nationale de nombreux fichiers, dont Base élèves 1er degré, Michel Lefait, député PS du Pas-de-Calais, a adressé au ministre de l’Education nationale une question écrite, lui demandant “comment il compte répondre aux demandes d’abandon et de suppression de l’ensemble des fichiers – Base élèves, BNIE, RNIE – mis en place par le gouvernement précédent, depuis 2007.


Août 2011

Motion de soutien votée à Villeneuve d’Ascq, le 24 août 2011

A l’occasion du 50e congrès international de l’ICEM – Pédagogie Freinet, les 650 participants manifestent leur soutien inconditionnel aux enseignants en résistance contre les réformes qui, depuis 2008, détruisent le service public d’éducation.

Ils s’indignent particulièrement contre les sanctions que subissent leurs collègues François Le Ménahèze et Philippe Wain.

Ils appellent tous les citoyens à rejoindre les actions menées.

Site de la résistance pédagogique : http://resistancepedagogique.org/site/

50ème congrès de l’ICEM-Pédagogie Freinet

Logo Congrès 2011

Le 50ème congrès de l’ICEM-Pédagogie Freinet aura lieu à Villeneuve d’Ascq du 23 au 26 août.

Le CNRBE sera représenté et la résistance à Base élèves sera abordée lors des tables rondes et des ateliers.

→ Voir le programme et les informations pratiques sur le site du Congrès.
→ Voir aussi le site de l’ICEM-Pédagogie Freinet.
→ Télécharger la lettre d’information.


Mars 2010

Réunion d’information à Lille le 27 mars

Le CNRBE appelle à participer le samedi 27 mars 2010 à une journée nationale d’action et d’information concernant Base Elèves et le fichage des enfants. Il invite parents, enseignants, citoyens, collectifs locaux, syndicats, associations à s’emparer de cette journée afin d’organiser toutes sortes d’actions, de manifestations, de débats, de soirées de soutien.

A l’occasion de cette action nationale, une réunion aura lieu le 27 mars à Lille.

RÉUNION D’INFORMATION
QU’EST-CE QUE BASE ÉLÈVES ET CE QU’IL Y A DERRIÈRE
Au Café Citoyen
7 place du vieux marché aux chevaux, 59000 Lille
(Près de la rue de Béthune / Métro République)

Cette réunion pourra notamment permettre :
– d’informer les parents et les enseignants des dangers de Base élèves et de la Base Nationale des Identifiants Elèves (BNIE).
– de distribuer le dernier tract du CNRBE Nos enfants sont fichés dès 3 ans et pour 35 ans.
– de faire le point sur la mobilisation à Lille et dans le département.
– de créer un collectif contre base élèves dans le Nord.
– d’envisager de participer à la campagne de dépôt de plaintes organisée par le CNRBE le vendredi 19 mai.

→ Lire l’appel à créer des collectifs.
→ Voir l’affiche Base élèves et ce qui se cache derrière


Octobre 2008

Le fichage généralisé, c’est ferme ta gueule et marche droit

La mobilisation serait venue à bout d’EDVIGE. Le gouvernement prépare un nouveau décret, remplaçant ce fichier qui généralise les dossiers des RG par un clone : EDVIRSP. Aucun changement spectaculaire. Seule la bourgeoisie politicarde et patronale est rassurée. Elle ne sera plus mélangée avec le petit peuple et les délinquant -e-s potentiels. Certes, le fichage des orientations sexuelles disparaît mais celui des mineur- e-s dès 13 ans demeure. Les humanistes bon teint sont soulagés : on leur promet la destruction des fichiers si les mineur-e-s n’ont pas commis d’infraction. Quant au MEDEF, il ne risque pas de monter au créneau sur ce thème !

Ne prenons pas des vessies pour des lanternes ! Aujourd’hui la CNIL, vendue autrefois comme la garantie d’un fichage républicain et citoyen, n’a plus qu’un rôle consultatif. Rappelons que le fichier FNAEG (ADN) ne devait concerner que les « délinquant- e-s sexuels » et les terroristes. Pourtant, aujourd’hui, il peut toucher les suspects et témoins de tout délit… à l’exception des financiers. Qui plus est, les lois et décrets s’accumulent dans une indifférence quasi-générale. Ainsi, on fiche les enfants avec base-élèves, les sans-papiers avec ELOI… À quand un fichier pour les Rroms comme en Italie ? L’objectif est bien de chercher à ficher, ou de faire croire qu’on peut ficher, tout le monde. Quant au devenir des fichiers, il n’y a aucune garantie et rien ne permet d’écarter la possibilité qu’ils soient cédés ou vendus à n’importe qui.

Ce contrôle généralisé, sans oublier les flics et milices omniprésents et les caméras de vidéo surveillance, nous est présenté comme une garantie de sécurité : les croisement divers et variés permettraient d’intervenir à l’instant T. C’est évidemment un leurre. Malgré toute la technique mise en oeuvre, les effets ne peuvent être qu’a posteriori. Le véritable objectif est de faire taire les mobilisations en nous empêchant d’établir un véritable rapport de force (la judiciarisation des conflits sociaux l’atteste) tout en nous poussant à adopter un comportement normé. Le fichage pointe ainsi les comportements et les groupes présentés comme déviants. À ce titre, à l’heure où le droit à l’IVG semble contesté (INFO Sud n°68), la question de l’orientation sexuelle soulevée par la première mouture d’EDVIGE, montre la volonté des élites de renforcer une structure patriarcale capitalo-compatible. Bref, plutôt que de nous « protéger », le système sécuritaire vise à nous faire intégrer une sorte de flic mental : « Je me flique et je te flique parce que j’ai peur d’être fliqué. »

Battons-nous contre l’insécurité sociale de l’État et du patronat. Refusons de ficher nos élèves, et soutenons celles et ceux qui sont menacés de sanctions parce qu’ils n’ont pas accepté de ficher les leurs ainsi que celles et ceux qui ont refusé le prélèvement ADN.

Sud Education 59, le mercredi 1er octobre 2008


Septembre 2008

Même amputée, Base élèves respire encore et reste dangereuse !
EXIGEONS SA SUPPRESSION IMMÉDIATE !

Deux vagues successives de suppressions de champs décidées par le Ministère à la suite des mobilisations de parents et d’enseignant-e-s ont apparemment vidé le fichier Base Élèves de son caractère nocif et intrusif. Désormais, la nationalité des enfants, la langue parlée à la maison, le suivi Rased, l’absentéisme, les situations de handicap et encore moins la durée de conservation des renseignements dans les IA (qui passe de 15 ans à la durée de la scolarité dans le primaire) ne pourront être utilisés contre nos élèves et leur famille. Pour SUD éducation 59/62, la victoire est de taille et prouve que la lutte paie.

Pour autant, si ces suppressions constituent un sérieux revers au fichage des élèves, elles n’équivalent pas, loin s’en faut, à un retrait pur et simple d’une base de données dont l’utilisation par l’Éducation Nationale ou les mairies reste vivement critiquée.

D’un intérêt pédagogique nul, Base Elèves n’en continue pas moins d’être imposée aux écoles par l’administration dans l’opacité et l’autoritarisme les plus débridés (parents d’élèves non informés, sanctions, etc.) Les renseignements obtenus restent quant à eux toujours nominatifs et permettent le « traçage » des élèves. De plus, même sérieusement amoindrie et privée de ses champs les plus discutables, Base Élèves n’est toujours pas cadrée par un texte de loi. Rien n’interdit par ailleurs de penser que les champs supprimés ne puissent être réactivés plus tard, à la faveur de l’actualité ; n’oublions pas que Base Élèves est liée à la Loi de Prévention de la Délinquance et que de nombreux rapports s’acharnent depuis des années à justifier le fichage des élèves en mélangeant échec scolaire, souffrance sociale et délinquance. À titre de comparaison, souvenons-nous également que les prélèvements d’ADN étaient à l’origine destinés uniquement aux délinquants sexuels avant d’être finalement étendus à l’ensemble des inculpations (y compris le fauchage d’OGM). En ira-t-il de même pour Base Elèves ? Alors que se met en place le fichier EDVIGE, qui recensera les activités de l’ensemble de la population, la question mérite d’être posée. Qu’en est-il par ailleurs des risques de dérapage, de partage ou d’utilisation malveillante des renseignements obtenus (« fuite » des fichiers vers d’autres administrations ou organismes, défaut de sécurisation, etc.) ?

Il est par ailleurs évident que l’acharnement de l’Éducation Nationale à maintenir Base Elèves obéit également à un impératif économique. Il va de soi que les renseignements glanés dans les circonscriptions et les IA serviront à traquer en temps réel les postes ou les moyens Rased à éliminer. En ces temps de fermetures accélérées, de mutualisation ou de regroupements d’écoles sous l’égide des futurs EPEP, Base Elèves inaugurera l’ère de la suppression de postes « presse-bouton ». Au moment où se met en place EDVIGE, l’utilisation par les mairies et l’Éducation Nationale d’une Base Elèves qui participe au fichage généralisé de la population via les écoles demeure donc plus qu’inquiétante.

SUD éducation 59/62 restera vigilant et continuera de se mobiliser pour obtenir la suppression définitive du fichier Base Élèves et de tous les autres moyens de flicage (livrets scolaires, enquêtes ou évaluations nationales, etc.).

C’est pourquoi nous appelons les équipes pédagogiques à :
– exiger la suppression de Base Élèves dans leur école ;
– avertir les parents de son utilisation ;
– rappeler dans les fiches de renseignements que chacun-e a droit de regard sur les fichiers électroniques où elle-il figure.

Sud Education 59, le dimanche 7 septembre 2008


Avril 2008

Rassemblement devant la mairie de Wattrelos

Dans le cadre de la journée nationale d’action contre Base élèves, rassemblement devant la marie de Wattrelos aura lieu le mercredi 2 avril à partir de 14h30. Wattrelos est une des zones d’expérimentation (avec Valenciennes-Condé) de la base de données élèves.

Voir sur le site de Sud Education Nord :
→ Affiche d’appel au rassemblement devant la mairie de Wattrelos.
→ Appel de la fédération sud éducation à l’action du 2 avril .
→ Pétition et appel à signer la pétition contre base élève.
→ Différents modèles de courrier (conseil d’école, parents d’élèves, adresse aux maires…).
→ Quelques liens : du matériel, des affiches, une proposition de texte.

Appel à tous les syndicats Sud-éducation et à leurs adhérents !

Le Conseil Fédéral du 14 mars a décidé de faire du mercredi 2 avril 2008 une journée de mobilisation décentralisée contre la mise en place du fichier Base-élève sur l’ensemble du territoire. Cette décision fédérale engage tous les syndicats Sud-éducation. A chaque syndicat de définir ses modes propres d’action mais cette journée du 2 avril doit être l’occasion pour que notre Fédération fasse entendre sa voix contre cet appareil de fichage et de stigmatisation de nos élèves.

Partout où des adhérents Sud-éducation sont mobilisés, partout où les syndicats Sud-éducation sont présents quelle que soit leur force, dans les villes, villages, départements, régions etc… que mille formes d’action fleurissent !

→ Lire l’appel de la fédération Sud Education à l’action du 2 avril .
→ Voir le dossier consacré à Base élèves sur le site de Sud Education Nord.

2 Réponses to “Nord”

  1. […] Nord […]

  2. […] Nord […]

 
%d blogueurs aiment cette page :