Collectif national de résistance à Base élèves

Contre le fichage à l'école

Du livret ouvrier au livret de compétences

Posted by retraitbaseeleves sur 23 juillet 2010

Jiho pour le CNRBE

Le cataloguage systématique des « compétences » devient une priorité pour l’Éducation nationale. Dans cette optique, nous reproduisons un article de fond signé Richard ABAUZIT, enseignant à Montpellier et ancien inspecteur du travail, qui nous propose un éclairage historique inédit. Voici l’introduction de son article – A télécharger ici dans son intégralité.

Du marché du travail au marché des travailleurs

Du livret ouvrier du XIXème au « livret personnel de compétences » du XXIème siècle, du berceau au tombeau. Par Richard Abauzit

Le livret ouvrier du XIXème siècle et son successeur du XXIème ont deux points communs : assurer un contrôle social et limiter les salaires versés. Mais dans le premier cas, il s’agissait pour éviter les troubles sociaux de limiter le nomadisme et, dans un contexte de pénurie de main d’œuvre, d’empêcher le départ des ouvriers vers d’autres employeurs alors qu’actuellement, il s’agit au contraire de favoriser la mobilité professionnelle et géographique de la main d’œuvre que l’on met en concurrence. Le rêve ancien des employeurs – savoir qui ils embauchent et pouvoir ne choisir que ceux qui sont à la fois dociles et imaginatifs, costaux et minutieux… — est en train de se réaliser.

Passée presqu’inaperçue, la loi n° 2009-1437 du 24 novembre 2009 relative à l’ « orientation et à la formation tout au long de la vie » a modifié le Code de l’éducation et le Code du travail en reliant les deux.

La loi institue pour les élèves un « livret de compétences », expérimental jusqu’en 2012. La même loi (nouvel article L.6315-2 du Code du travail) institue, avec une dénomination standard européenne mais un contenu strictement identique le « passeport orientation et formation ».

Ainsi renommé et prolongé pour la vie, le « livret de compétences » sera utilisé pour l’embauche et la carrière : il est remis un modèle de ce « passeport » « à toute personne ». Le lien avec l’embauche relève de la rédaction, retorse, du nouvel article L.6315-1 du Code du travail : « L’employeur ne peut exiger du salarié qui répond à une offre d’embauche qu’il lui présente son passeport orientation et formation. Est illicite le fait de refuser l’embauche d’un salarié en raison de son refus ou de son impossibilité de présenter son passeport orientation et formation ».

Sa « mise en œuvre » à travers les négociations professionnelles sur les plans de formation est prévue par le nouvel article L.2241-6 du code du travail.

Par ailleurs il apparaît bien que pour les employeurs, les fameuses « compétences » sont une denrée périssable, puisque le nouvel article L.6321-1 du code du travail prévoit que les entreprises de plus de cinquante salariés devront obligatoirement faire passer un « entretien professionnel » à tous les salariés « dans l’année qui suit leur quarante-cinquième anniversaire » et qu’à cette occasion, les salariés en question auront « accès à un bilan de compétences »….

Comment en est on arrivé là ?

[…]


Lire la suite de cet article en téléchargeant la version prête-à-imprimer:

https://retraitbaseeleves.files.wordpress.com/2010/07/du-marche-du-travail-au-marche-des-travailleursv2.pdf

Une Réponse to “Du livret ouvrier au livret de compétences”

  1. […] Du livret ouvrier au livret de compétences […]

Sorry, the comment form is closed at this time.

 
%d blogueurs aiment cette page :