Collectif national de résistance à Base élèves

Contre le fichage à l'école

Prix Orwell 2010 pour les fichiers de l’Education nationale

Posted by retraitbaseeleves sur 12 mai 2010

La liste des lauréats des Prix Orwell 2010, sanctionnant les pires atteintes à la vie privée, aux libertés publiques et individuelles, semble interminable. De mémoire d’organisateurs, jamais le choix n’a été aussi difficile. Les jurés ont d’abord absolument tenu à exclure le plus attendu des Big Brothers, Nicolas Sarkozy, pour dopage et récidivisme chronique, et préféré « récompenser » les plus méritants de ses exécuteurs, qu’ils soient ministres, hauts fonctionnaires, élus locaux, entreprises, médias ou personnalités. Résultat : dix trophées décernés, neuf prix Orwell et un prix Voltaire pour cette 10ème édition des BBA !

La catégorie Etats/Elus était si fournie en candidats poids lourds que deux mentions ont été instaurées. Dans la Mention spéciale Fichiers, à la quasi unanimité, le jury a souhaité récompenser les ministres successifs de l’Education nationale (en l’espèce, Gilles de Robein, Xavier Darcos puis Luc Chatel), pour six années d’efforts à mettre en place un fichage systématique (sans base légale et dénoncé par des instances de l’ONU comme le Conseil des droits de l’enfant) des enfants dès l’âge de trois ans. Base Elèves et la BNIE (Base nationale d’identifiants élèves) sont le socle d’un futur « Safari », qui permettra un fichage à la source des futurs actifs, façon « casier scolaire ». Deux autres fichiers ont été distingués : le @RSA d’Eric Woerth et Martin Hirsch et le fichier H1N1 de Roselyne Bachelot.

Jamais une administration n’avait accumulé en si peu de temps de nouveaux fichiers nominatifs, de Base élèves (dès 3 ans) au « livret de compétences », en passant par ceux qui « décrochent » du système éducatif…

Cette année l’Education Nationale a une nouvelle fois montré sa capacité à renforcer le contrôle social sur les familles en multipliant les outils de gestion informatique de la scolarité.

JPG1er degré : Le fichier Base élèves (BE) et la BNIE. BE est obligatoire dès l’inscription en maternelle. Il déclenche la création d’un INE (identifiant élèves), lui-même géré dans une base nationale (la BNIE) qui conserve ses infos pendant 35 ans. La BNIE n’a fait l’objet d’aucun décret ni arrêté. Témoignage d’un « statisticien formé à l’école de l’Insee » : « j’ai appris durant toute ma scolarité qu’il ne fallait JAMAIS réaliser une base comme la BNIE et qu’il y avait bien d’autres chemins pour obtenir les mêmes résultats statistiques. (…) Vous avez peut-être entendu parler du recensement de la population, des bases de la sécurité sociale, du fichier de recensement de la police… Tous ces fichiers sont soit anonymes (population), soit ne recensent pas toutes les personnes et sûrement pas pendant 35 ans ».

En juin 2009, le Comité des droits de l’enfant de l’ONU a, entre-autres remarques, souligné ses inquiétudes à propos de ce fichage précoce et les incertitudes qui pèsent sur ses interconnexions possibles et futures. Réponse du ministère ? Rien à craindre, car « les données sont réparties dans trente bases de données académiques qui ne communiquent pas entre elles » (réponse à un député). Les opposants demandent justement à ce qu’aucune donnée nominative de sorte des écoles, car les services départementaux y ont accès (les inspections académiques), alors qu’ils n’ont « aucun besoin du nom des élèves pour gérer des effectifs ». Et les IA peuvent être, comme les préfets, sous obédience politique. Le CNRBE a montré comment, par une astuce mêlant BE et l’INE, identifier des familles d’origines étrangères. Récemment, près de Rennes, l’arrestation d’un père sans papier l’a illustré.

2nd degré. L’application « Sconet » (collèges et lycées) vient d’être officiellement raccordée au fichier des « décrocheurs » (SDO : suivi de l’orientation). Au moment même où le gouvernement veut réprimer l’absentéisme en coupant les allocations familiales aux parents !
→ Trois autres fichiers ont fait parler d’eux : Affelnet (affections par le net), Postbac (inscriptions études universitaires), et AppliEO (opération « école ouverte » touchant de enfants en difficulté).
→ Le plus sensible l’a été en catimini : un « livret de compétences », qui sera géré en ligne comme Base élèves, a été lancé en « expérimentation ». Ficher les compétences est pourtant ultrasensible. Lire extrait du Congrès de la FSU et cet article complet.
→ Pour finir cette symphonie : « MOSART », qui fiche les profs sanctionnés pour retraits de salaire pour « service non fait » (désobéisseurs, grévistes, et même directeurs n’ayant pas rempli Base élèves !).

La surprise du palmarès :
– un Prix Spécial du Jury – 10 ans des BBA remis à Alex Türk, sénateur du Nord et président de la Commission de l’informatique et des libertés (CNIL). Il a finalement été distingué par ce Prix Spécial, après avoir été un candidat malheureux pendant de si nombreuses années.C’est presque un vétéran dans son domaine : lorsque les BBA se sont mis à faire le travail qui devrait être également le sien, avec leur première édition en 2000, Alex Türk était déjà « simple » commissaire à la CNIL. Il en deviendra président en 2004, et sa posture de « garant » des libertés à l’ère du numérique, alors qu’il a lui-même participé à l’érosion des pouvoirs de la CNIL, ainsi que son double discours perpétuel a poussé le jury, à l’unanimité, à l’extraire de la sélection pour lui réserver cette distinction particulière. Il était nominé en tant qu’ « exécuteur de basses oeuvres » et pour son appétit à jouer de la « novlangue » avec persévérance. Il a d’ailleurs réagi dans la journée… Un message liminaire et un brin suffisant, posté… sur Facebook.

JPG - 4.9 MoL’équipe des BBA France vous donne rendez vous le 29 mai 2010, au Théâtre la Belle Etoile de la Cie Jolie Môme (Saint Denis 93) pour un après midi d’ateliers Barcamp sur le thême de la contre-surveillance, ainsi que pour la remise du Palmarès BBA Spécial 10 ans, où les gagnants seront cette fois-ci choisis par le public.

L’équipe de Privacy France a procédé à un drastique tri très sélectif parmi les primés/nominés des dix années écoulées, en essayant de conserver les dossiers des pires artisans du contrôle et de la surveillance, mais aussi ceux qui dénotaient de la montée d’une nouvelle tendance, d’une population cible ou de nouveaux outils. Six principales catégories s’en dégagent : Ministres (Etat/élus), Localités, Entreprise, Novlang et « Ensemble de son oeuvre », ainsi que la mention nouvellement créée en 2010, « Exécuteurs des basses oeuvres », récompensant les hauts fonctionnaires et personnalités qui appliquent à la lettre les ordres venus d’en haut pour faire marcher la machine à contrôler et à punir.

Cette liste est soumise à votre appréciation jusqu’au samedi 29 mai 18h. Chacun est invité à désigner LE gagnant de son choix dans chaque catégorie.

→ Voir la liste des nominés et des primés, ainsi que les dossiers complets candidats par candidats.
→ Voir les articles de presse dans notre page Médias.

Sorry, the comment form is closed at this time.

 
%d blogueurs aiment cette page :