Collectif national de résistance à Base élèves…

contre tous les fichiers scolaires

Quand la statistique officielle met en doute la pertinence de la BNIE

Posted by retraitbaseeleves sur 16 mars 2010

LDH Toulon, 15 mars 2010 (version 2). — La lecture de documents du Conseil national de l’information statistique (CNIS) peut être très instructive. On découvre, par exemple, dans le compte-rendu de la réunion du 12 octobre 2009 de sa Commission services publics, que ses participants évoquent les mêmes questions que les opposants à Base élèves 1er degré. Le problème essentiel est lié à l’absence de précision concernant la finalité de l’identifiant national élève (INE) et celle de l’enregistrement d’informations personnelles dans les bases de données du ministère de l’Education nationale. S’agit-il pour le ministère de:

  • dénombrer – par exemple, les élèves inscrits au CNED ?
  • ou d’établir des statistiques – pour estimer, par exemple, la proportion des élèves qui à l’issue de l’enseignement primaire ne maîtrisent pas les notions élémentaires d’arithmétique ?

Dans ce dernier cas, on peut légitimement demander pourquoi il n’est pas fait appel aux techniques bien connues d’échantillonnage qui permettent d’obtenir des réponses sous forme de pourcentages – ce qui évite l’enregistrement de données nominatives pour la totalité des élèves? Et pourquoi n’a-t-on pas mis en place un cryptage des informations qui aurait empêché l’exploitation ultérieure de données personnelles susceptibles de stigmatiser les individus ?

Autant de questions sous-jacentes au débat du Cnis pour lesquelles les opposants à Base élèves attendent toujours des réponses claires. (…) A cet égard, les soupçons d’utilisation de ces bases de données pour le repérage d’enfants délinquants [5] ou d’enfants issus de familles immigrées non-régularisées [6] n’ont pas été levés, ce qui ne manque pas d’alimenter l’inquiétude des familles. Lire la suite

Publicités

Sorry, the comment form is closed at this time.

 
%d blogueurs aiment cette page :